A la découverte du patrimoine de Deauville

Quelques journalistes de l’AJP ont eu le plaisir de découvrir, le 2 juillet dernier, le patrimoine de la célèbre station balnéaire normande où ils ont été reçus par l’office de tourisme de Deauville.

Quelques journalistes de l’AJP (François Collombet, Corinne Labalme, Tomoko Frederix,  Emmanuel Ortiz et Véronique Hamel
accueillis par Sandrine Chardon, chargée de la Communication de l’office du tourisme de Deauville (au centre) et par
Guillaume Flavigny, directeur de l’hippodrome de Deauville-La Touques 
et du centre d’entraînement des chevaux de courses le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel

Après un petit déjeuner d’accueil, le groupe emprunte le boulevard Maugier pour se rendre à l’hippodrome inauguré en 1864 à 1,3 km de la gare. Pendant que les chevaux de course s’entraînent avec leurs cavaliers, le directeur, Guillaume Flavigny, relate les origines de l’hippodrome, créé sous l’impulsion du duc de Morny _ à qui l’on doit déjà Longchamps_ avant même l’église de la ville ! Puis, il nous invite à visiter ces lieux attirant les meilleurs chevaux et jockeys du monde. Avec des courses hippiques, été comme hiver, des ventes aux enchères de pur-sang, un championnat du monde de polo, des compétitions de saut d’obstacles, de dressage, d’attelage et de horse-ball, Deauville s’enorgueillit d’être la vitrine internationale des sports équestres.

Les chevaux et leurs cavaliers sur la plage de Deauville (Normandie, France) © Véronique Hamel

Puis cap vers le nouveau lieu culturel phare de la ville : « Les Franciscaines », en passant devant l’église Saint-Augustin, la chapelle Notre-Dame de Pitié et le récent bâtiment que les Soeurs de Saint-François d’Assise occupent depuis le 15 décembre 2010. Celles-ci ont vendu à la ville leur ancien lieu de culte.

La façade des Franciscaines, 145b avenue de la République 14800 Deauville (Normandie, France) et son portail haut de 15 mètres
© Véronique Hamel
Philippe Normand, Directeur de la Culture et Valérie Busseuil, Directrice communication – Développement des publics
du centre culturel Les Franciscaines à Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
Philippe Normand, Directeur de la Culture entouré par des journalistes de l’AJP (de gauche à droite : Tomoko Frederix, François Collombet, Véronique Hamel, Emmanuel Ortiz, Corinne Labalme aux Franciscaines le 2 juillet 2021 © Valérie Busseuil
Le centre culturel des Franciscaines et son lustre monumental composé de 14 285 tubes
recouvrant l’ancien jardin intérieur du cloître à Deauville (Normandie, France)
Le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
Philippe Normand, Directeur de la Culture présentant son ouvrage sur « Les Franciscaines » à Deauville (France)
Le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel

Inauguré le 12 mai 2021, après 10 ans de travaux ralentis par la pandémie de Covid-19, le nouveau centre culturel donne à voir une exposition inaugurale intitulée « Sur les chemins du paradis » présentant peintures, céramiques, objets rituels, sculptures, estampes, photographies et quelques visions d’artistes contemporains du jardin d’Eden -sans se limiter aux images pieuses- tout en étant un appel à la tolérance et à la compréhension mutuelle entre les religions et en rendant un discret hommage à l’histoire de ce lieu cultuel devenu culturel. En 1875, les soeurs Adèle et Joséphine Mérigault (1825-1912) initient et financent la construction de la chapelle dédiée à Notre-Dame de la Pitié puis imaginent, à proximité, l’édifice qui allait remplir plusieurs fonctions : orphelinat pour fillettes, hôpital militaire pendant la Grande Guerre de 14-18, centre de soins médicaux et d’enseignement, couvent, dispensaire avec l’hôpital qui deviendra clinique Saint-Joseph, école ménagère qui deviendra lycée professionnel.

Réinventer le patrimoine, mettre en commun la connaissance, « parcourir » l’architecture, vivre des expériences multiples dans un lieu convivial, tels sont les 4 points clefs du projet d’Alain Moatti, architecte et scénographe, ayant transformé l’édifice en musée-médiathèque : « Ne pas détruire, c’est le premier acte écologique aujourd’hui. » Avec son portail haut de 15 mètres et son écran numérique avant même de rentrer sur le site, « Les Franciscaines » se veut un lieu d’accueil ouvert à tous et à toutes les cultures, à consommer sans modération. Autrefois refermé sur lui-même, ce bâtiment s’ouvre sur la ville. Son ancien jardin intérieur est recouvert d’une haute verrière contemporaine. Le cadre historique du cloître subsiste. Ses quatre murs du XIXe siècle, percés d’arcades, soutiennent les trois étages et les chiens-assis du bâtiment. Les briques jaunes et les pierres meulières ont été rénovées et réfléchissent la lumière à travers le prisme d’un lustre monumental. 400 m2 de parquet de bambou pour une salle de lecture avec ses livres, et un espace de rencontres qui devient foyer de la salle de spectacle aménagée dans l’ancienne chapelle. Les vitraux restaurés de celle-ci illustrent des épisodes marquants de la vie de Saint-François d’Assise. Elle peut accueillir jusqu’à 230 spectateurs assis. Le cloître peut aussi se transformer en un espace réceptif équipé d’une sonorisation pour des prises de paroles ou des soirées musicales.

Ajoutons d’autres chiffres : 14 285 tubes composent le lustre monumental du Cloître, 10 000 CDs, 4 000 DVDs, 9,25 millions d’euros de subventions publiques et mécénat, 270 oeuvres exposées à découvrir, 4 millions d’euros nets de taxes pour l’acquisition du bâtiment, 17 millions d’euros H.T. pour le coût du chantier, 6 200 m2 de superficie, 1 270 personnes pour la capacité d’accueil de visiteurs, 1 200 jeux entre la ludothèque et le parc robotique, 11 écrans de projection jalonnent la grande galerie, 2 salles pour le musée André Hambourg, 100 000 documents en prêt et à consulter sans oublier 40 places autour de la grande table du réfectoire…

Un délicieux déjeuner, préparé par le chef de cuisine, Yanick Bernouin, est ensuite servi à l’AJP sur une longue table blanche accueillant, un peu plus loin, d’autres convives, dans le réfectoire. Les fenêtres s’ouvrent sur une terrasse avec ses tables et ses chaises longues, invitant à la farniente…

Puis le ,groupe se rend à la Villa Strassburger à 900 mètres pour découvrir son magnifique jardin fleuri avec ses pommiers. L’intérieur ne pourra cependant pas être visité car la bâtisse est louée pour un mariage. Construite en 1907, cette maison représentative du régionalisme normand, ayant appartenu à la famille de l’écrivain Gustave Flaubert, est inscrite aux monuments historiques pour ses façades en pans de bois, appareillages de briques en damier et son jeu des toitures.

La Villa Strassburger à l’heure d’un mariage à Deaville (Normandie, France)
Le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel

Après avoir jeté un oeil sur les deux grands hôtels Barrière 5 étoiles : « Le Normandy », inauguré en 1912 et « Le Royal » en 1913, les journalistes foulent les célèbres planches qui bordent la plage égayée par des parasols de couleur et un château de sable fin. S’ensuit la découverte du style Art Déco des bains pompéiens, ouvrage de l’architecte Charles Adda en 1923 et proche de la place Claude Lelouch inaugurée en 2006 pour le 40e anniversaire du film « Un Homme et une Femme » distingué d’une palme d’Or, de deux Oscars et de 47 récompenses internationales sous un air de « Dabadabada, dabadabada »…

La terrase du bar du Soleil depuis les planches de la plage de Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
La plage et les parassols colorés de Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
Les bains pompéiens de style Art déco à Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
La place Claude Lelouch à Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
M. Pascal Patry, responsable des grands projets de Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
La façade et le jardin de l’hôtel Normandy à Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel

Puis direction le Belvédère, à deux pas de la place Gabrielle Chanel, inaugurée l’an dernier par le maire de Deauville, Philippe Augier en présence de l’actrice française Vanessa Paradis.

Après l’accueil par M. Pascal Patry, responsable des grands projets et après avoir gravi 170 marches, les membres de l’AJP se retrouvent à  27 mètres de haut pour découvrir -en exclusivité- un panorama à 360° sur Deauville, Trouville, La Touques… Une vue époustouflante et ouverte au public dès mi-juillet, pour deux euros seulement…

Le Belvédère et ses 170 marches pour découvrir une vue imprenable sur Deauville et ses alentours (Normandie, France)
Le 2 juillet 2021 © Véronique Hamel
Vue à 27 mètres de hauteur sur l’embouchure de la Touques, le Casino Lucien Barrière à Trouville-sur-Mer
depuis le Belvédère à Deauville (Normandie, France) le 2 juillet 2021
© Véronique Hamel
Les journalistes de l’AJP (de gauche à droite en partant du fond : François Collombet,  Emmanuel Ortiz, Véronique Hamel, Corinne Labalme, Tomoko Frederix) au sommet du Belédère à 27 mètres de hauteur pour y découvrir -en exclusivité – une vue imprenable de Deauville et ses environs (Normandie, France) le 2 juillet 2021 © Sandrine Chardon

Pour découvrir le dossier de presse de Deauville, cliquez ici

Contact pour la presse : Sandrine Chardon Chargée de communication SPL Territoire de Deauville
02 31 14 69 52/ sandrine.chardon@indeauville.fr

www.indeauville.fr

Pour découvrir le guide du Patrimoine de Deauville, cliquez ici

Pour découvrir l’histoire de l’hippodrome de Deauville er du Meeting de Deauville, cliquez ici

Pour découvrir le guide du Cheval, cliquez ici

Pour découvrir l’histoire des Franciscaines, cliquez ici

Pour découvrir le guide de la Nature, cliquez ici

Pour découvrir le guide du Carnet d’adresses, cliquez ici

Pour découvrir le guide du Goût, cliquez ici

Pour découvrir le guide du Littoral, cliquez ici

Pour découvrir la carte du Territoire, cliquez ici

Pour découvrir le plan de Deauville, cliquez ici

Ouvrages :

. Les Franciscaines de Deauville – L’imaginaire à l’oeuvre

de Philippe Normand et Marie-Christine Hugonot

Photographies de Pierre-Olivier Deschamps/Vu

Editions des Falaises 2021

. Sur les chemins du Paradis

Préface de Régis Debray

Editions Hazan – Prix : 35 euros

. Deauville, une cité de villégiature de la Côte fleurie

Images du Patrimoine

Textes, cartes, plans et dessins de Didier Hébert

Photographies de Pascal Corbierre et François Decaëns

Editions Cahiers du tempsPrix : 20 euros

Partager cet article