Promenade arts nouveau à Paris

Dominique Camus, journaliste inscrite à l’AJP avait convié le 29 octobre nos membres à une balade dans le Paris Art Nouveau et Arts déco, à l’occasion de la réédition de son ouvrage. Annie Brunel, autre journaliste, nous livre un petit compte-rendu de cet après-midi de découvertes. Les photos ont été prises par Véronique Hamel, troisième membre AJP.

Dominique Camus présentant son ouvrage au Caffè Stern (Photo V. Hamel)

L’Art Nouveau a jalonné Paris de petites merveilles parfois insoupçonnées ….Il faut savoir pousser la porte, de préférence avec un bon guide ! Face à la populeuse gare Saint-Lazare, la brasserie Mollard est un de ces lieux parisiens magiques et vénérables , un havre de paix et de savoir vivre, une Institution pour tout dire !

Des journalistes et membres associés de l’AJP y étaient récemment conviés par leur consoeur et néanmoins historienne Dominique Camus. Elle ne pouvait trouver plus beau cadre pour leur présenter la réédition actualisée de son livre Paris Décors, Art Nouveau Art Déco, chez Bonneton.

Pour cet après-midi de découverte appliquée, l’auteur avait également choisi de leur montrer deux lieux  symboliques du mouvement et ayant conservé ou retrouvé leur décor «style Nouille »  : la parfumerie Detaille et le restaurant Stern. Suivez la guide !

La brasserie Mollard reste dans la tradition

Stéphane Malchow, aux commandes de la brasserie Mollard (Photo V. Hamel)

Parmi la centaine de lieux répertoriés par Dominique Camus, Mollard est exemplaire et témoigne d’une époque brève, créative et foisonnante qui s’est répandue à travers toute l’Europe et jusqu’aux USA :  l’Art Nouveau. ….

Mollard, modeste savoyard venu à Paris ouvre un bougnat dans le quartier nouveau,  périphérique et effervescent, de la gare de l’Ouest. Le succès du chemin de fer dynamise l’arrondissement, on se bouscule dans les  grands magasins novateurs …. Boissons  et charbon se vendront si bien que trente ans plus tard, le restaurateur n’hésitera pas à demander à l’architecte du Negresco ou des Folies Bergère , Edouard-JeanNiermans, de rénover son établissement et d’en faire le plus chic et le plus couru de la capitale…

Un décor chamarré, lumineux et foisonnant, où la ligne courbe, ronde et sensuelle  fait la loi, jusqu’aux appliques ou aux porte-manteaux !  Superbe verrière aux motifs végétaux, vitraux, pâte de verre, bronze, marbres, mosaïques et décors de Sarreguemines, émaux de Briare de l’italien Bichi et d’Eugène-Martial Simas, Pas un seul espace sans décor ! Du sol au plafond !

Art Nouveau, mais donc inéluctablement démodable ! De nouveaux propriétaires le feront disparaître sous miroirs et peintures. Entre bonnes et mauvaises fortunes et changements de mains, la brasserie attendra sa redécouverte en 1965 sous l’égide de la famille Malchow. Avec Stéphane, la troisième génération est aux commandes de l’établissement familial et veille à son indépendance,  son originalité et son décor.

L’établissement  classé par les Monuments Historiques en1989, a restauré récemment sa verrière. Sous le label  gastronomique de « Maitre restaurateur », une cinquantaine de salariés se presse  au service d’une clientèle familiale ou d’affaires,  connaisseuse et esthète, qui sait lever les yeux de son assiette savoureuse pour admirer ce décor incroyablement gai et coloré.

la parfumerie Detaille au charme intact

Visite de la parfumerie Detaille (Photo V. Hamel)

Ensuite, départ pour le quartier Notre Dame de Lorette et une autre découverte : la parfumerie Detaille. Elle a été créée par une audacieuse de la Belle Epoque qui conduisait une des premières automobiles ! La comtesse de Presles épouse Detaille demande en 1905 à son ami le chimiste Marcellin Berthelot de lui concocter une crème anti-desséchante le Baume Automobile….La « Maison de Parfum Detaille » est née !

Récemment reprise, elle offre toujours des fragrances  originales et indémodables, des crèmes onctueuses  et des poudres de riz comme on n’en fait plus ! Décor de charme d’époque et ravissant. De vieux registres gardent les traces des commandes des élégantes européennes du passé et des têtes couronnées.

Les messieurs soignés ne sont pas en reste : le Maréchal Lyautey était client et « Aéroplane » est une création maison de 1927 en hommage à l’aviateur Charles Lindbergh. Cette marque discrète séduit  aujourd’hui  la clientèle japonaise, coréenne ou des Emirats ….

Le Caffè Stern rénové
Le troisième choix de Dominique Camus est plus atypique : le design contemporain s’est invité au Caffè Stern, blotti dans le premier passage couvert aménagé  à Paris en 1835, celui des Panoramas. Devenu branché,  la philatélie y cède peu à peu la place au fooding. M. Stern y avait ouvert un atelier de gravure réputé, fournisseur attitré de l’Elysée. Récemment, les locaux ont été repris par des entrepreneurs italiens et transformés en restaurant italien haut de gamme : chef étoilé et Philippe Stark à la déco.

Le désigner a respecté le style 19e siècle des lieux vénérables, classés Monuments Historiques. Bois sculptés  et cuir de Cordoue tapissent les murs des quatre petites salles et du sous-sol , mobilier rajeuni,  détails originaux, un zeste de provoc’ , du pur Stark ! Le Caffè Stern est parti pour un nouveau siècle !
A Paris, l’Art Nouveau ne cesse de mériter son nom !
Annie Brunel

 « Paris Décors : Art Nouveau, Art Déco »
Par Dominique Camus, Photos de Fred Aufray et Thierry Prat
C. Bonneton éditeur, collection Guide Paris, nouvelle édition 2019
Prix conseillé 14 € 90
Brasserie Mollard, 115, rue St Lazare, Paris 8e
Maison de parfums Detaille, 10, rue St Lazare, Paris 9e
Caffè Stern, 47, passage des Panoramas, Paris 2e

Partager cet article