Accès Espace Adhérents

Association des Journalistes du Patrimoine

Reportages AJP

LE PATRIMOINE ART DÉCO À SAINT-QUENTIN

Compte-rendu d'une visite AJP par Georges Levet

06/07/2017
L'AJP s'est rendue au mois de mai à Saint-Quentin pour y voir ou revoir le très beau patrimoine architectural inspiré de l'Art déco. Accueillis par Frédérique Macarez, maire de Saint-Quentin, et dirigés par Bernard Delaire de l'Art deco Society et Victorien Georges du service culture, nous avons pu admirer et détailler quelque peu les éléments fondamentaux des façades Art déco de la ville.

Depuis quelques jours s'est ouverte une grande exposition intitulée 1920 à Saint-Quentin. 1920, les Années Folles, la grande époque où débute la reconstruction de cette ville de Saint-Quentin, quasiment détruite lors de la Première Guerre mondiale. Les architectes qui se sont chargés de rebâtir la ville s’en sont donné à cœur joie en utilisant le style Art déco, le style très en vogue du moment Promenez-vous dans les rues de Saint-Quentin et surtout levez les yeux.

Suite au traumatisme légué par cette guerre, la société française entre dans une période marquée par la volonté de recréer et renouveler les cités dévastées Une période qui s’accompagne d’une effervescence culturelle et d’un bouillonnement artistique. L’Art déco, pas toujours facile à définir sur un plan strictement académique est toutefois reconnaissable quasiment au premier coup d’œil. La vague Art déco s’empare de tous les domaines : architecture, Beaux-Arts, objets de la vie quotidienne, publicité, mode, mobilier. Et Saint-Quentin a été largement dotée en ce domaine.

Une esthétique complexe

L’esthétique Art déco est complexe, diverse et parfois contradictoire.
En ce début des années 20, on veut reconstruire mais bon nombre de permis de construire restent attachés à un style plutôt traditionnel ; toutefois, certains maîtres d’œuvre auront des inspirations audacieuses et novatrices. Il suffit de voir ce qu’un homme nommé Sylvère Laville a pu faire lors de l’édification des Nouvelles Galeries, terminées en 1927 et devenues aujourd’hui un Monoprix. À Saint-Quentin, c’est dès 1922-1924 que les premiers plans de style Art déco sont dessinés et c’est actuellement incontestablement le style le plus remarquable de cette renaissance architecturale. Il suffit de lever les yeux en parcourant l’axe qui va de la gare jusque dans les hauteurs de la ville. Partout, il y en a partout ! Plus de 1000 façades selon la ville.

Les Nouvelles Galeries
Les Nouvelles Galeries

Matériaux diversifiés, nombreuses inspirations

Certes, de nombreuses villes ont utilisé l’Art déco, et on en trouve de beaux exemples un peu partout en Europe, et même en dehors, mais Saint-Quentin en est un concentré. Il n’y a pas que les maisons privées qui adoptent le style, mais bien aussi les édifices publics. Il suffit de voir la gare, elle-même, avec son buffet, chef d’œuvre d’Art déco qui retrouve sa splendeur ces jours-ci avec son bar, ses vitraux, son dallage…Et on déambule par le pont de la gare, construit de 1928 à 1929 par Albert Caquot ; complété lui-même d’ornements Art déco en béton dont les mâts et les deux imposants pylônes puis ensuite par les lanternes. Montons l’avenue, traversons la place du 8 octobre, qui conserve plusieurs symboles de l’histoire de la ville, et regardons. Les maisons présentent quasiment toutes des caractéristiques Art déco, souvent avec des remarquables bow-windows. Parmi les matériaux, on continue à utiliser la brique rouge, comme pour la poste de 1929, mais on voit aussi de délicieux décors en céramique, souvent utilisée en frises. Quant au verre, il fait partie de nombreuses verrières dont un exemple frappant est bien celui du vitrail de Labouret du fameux buffet de la gare, à voir absolument.

Vitrail de Labouret au buffet de la gare
Vitrail de Labouret au buffet de la gare

Et puis, il y a aussi le bois. Voyez si possible la salle du conseil municipal de l'Hôtel de Ville réalisée avec des bois rares (palissandre et chêne de Hongrie). Dans cette salle, d’autres surprises vous attendent, comme la surprenante Marianne, loin des classiques effigies, puis le garde-corps de l’ancienne tribune de presse en fer forgé, très bel équilibre entre courbes et droites ; un chef d’œuvre d’Art déco. Toujours dans la même salle du conseil, les lampes, les appliques et la lustrerie de Louis Guindez.

Dans la salle du conseil municipal
Dans la salle du conseil municipal

Mail il reste impossible d’évoquer ici tout ce qui peut être admiré en flânant dans les rues de Saint-Quentin.

Georges Levet

Office de Tourisme de St Quentin :

Rens. : 03 23 67 05 00
www.saint-quentin-tourisme.fr

L'exposition prochaine :

« Cinéma et musichall des années folles », du 21 juin au 17 septembre, dans les anciennes Nouvelles Galeries.

À lire

Saint-Quentin Art déco, par Victorien Georges, Frédéric Pillet et Sam Bellet,Éd. Du Quesne, 128 p. ; 34 €.