Reportages AJP

LILLEBONNE OU JULIOBONA : UN PORT ROMAIN SUR LA SEINE

A découvrir : un projet de valorisation à long terme

22/05/2018
Au mois de mars, se tenait en Pays de Caux (Seine-Maritime) un important colloque (près de 300 participants) afin de définir et faire connaître le site portuaire de Juliobona. Histoire, archéologie, développement culturel, tourisme... tous ces angles peuvent intéresser nos membres. Georges Levet, secrétaire administratif de l'AJP, présent lors de ce colloque, nous raconte ce qu'il a appris sur le sujet.

Fort, probablement déjà, d’une intense activité, le site de Lillebonne est choisi par les Romains pour fonder la nouvelle capitale des Calètes, le peuple Gaulois qui occupait l’ouest du Pays de Caux. Nous sommes au tout début de notre ère : Juliobona est née. Les premières traces datées avec précisions nous renvoient au règne de Tibère, mais c’est surtout sous Claude que la ville se développe.


La vallée de la Seine qui a bien changé depuis cette époque fait maintenant l’objet d’un ambitieux projet d’aménagement et de développement à l’horizon 2030, identifié comme une priorité nationale. La réflexion « Paris Seine Normandie » concernant cet axe économique, social et culturel de Paris au Havre vise à installer la façade normande comme le débouché littoral et maritime de la ville-monde qu’est Paris.

En Normandie, sur le territoire Caux vallée de Seine, la ville de Lillebonne abrite les vestiges visibles et invisibles d’une des cités antiques les plus importantes au Nord de la Loire.
« Juliobona est à la Seine ce que Arles est au Rhône, Augst au Rhin, Rezé à la Loire, Ostie au Tibre. »
Jimmy Mouchard
Maître de conférence en archéologie antique
à l’Université de Nantes

Sous l’impulsion de l’empereur Auguste, les romains choisissent, au 1er siècle de notre ère, le site de Juliobona, pour implanter la capitale de la cité des Calètes, territoire correspondant à l’actuel Pays de Caux.
Située à la croisée des voies terrestres et maritimes, porte d’entrée de l’estuaire de la Seine, reliée à la chaussée Jules César reliant Lutetia (Paris) à Caracotinum (Harfleur), Juliobona est un carrefour commercial. Son port lui offre une ouverture tant sur le monde méditerranéen que sur la province Britannia, actuelle Grande-Bretagne, et les territoires voisins.


Durant l’Antiquité, la ville de Lillebonne se situe dans un contexte géographique et géologique très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. L’estuaire de la Seine est très large, peu profond, marécageux, parsemé d’îles et de bancs de sable. Dans ce contexte maritime, Lillebonne est le port principal, la porte d’entrée de l’océan pour contrôler tout le commerce, secondé ensuite par de petits ports comme celui d’Aizier.
La trace la plus visible de l’apogée de Lillebonne reste aujourd’hui le théâtre-amphithéâtre, sur un site préservé de toute construction ultérieure.
Vestiges du théâtre romain
Vestiges du théâtre romain

Le théâtre romain de Lillebonne a la particularité d’associer une arène et un bâtiment de scène, il pouvait ainsi proposer deux types de spectacle : ceux destinés au théâtre avec tragédie, comédie, mime et pantomime et ceux réservés à l’amphithéâtre. De nombreuses fouilles ont permis de découvrir le théâtre et de le mettre en valeur mais beaucoup reste à faire. Le théâtre romain de Lillebonne est le plus grand édifice de
ce type au nord de la Loire.
Identifié en 1764 par le comte de Caylus, il a été acquis par le Département de la Seine - Maritime en 1818. Dégagé entre 1822 et 1840, il a été classé « monument historique » en 1840. Les thermes devraient être dégagés et peut-être aussi un forum.

La région de Lillebonne est également riche de vestiges tels que la villa de la mosaïque en forêt de Brotonne, la villa Le Sage en forêt de Maulévrier Sainte-Gertrude, l’oppidum de Caudebec-en-Caux, le port antique d’Aizier, point de rupture de charge…

De nombreuses collections issues des fouilles menées en Caux vallée de Seine dès le XVIIIe siècle sont présentées au sein du musée Juliobona à Lillebonne mais également au musée des Antiquités de Rouen et au musée du Louvre de Paris, notamment l’Apollon en bronze doré découvert à Lillebonne, pièce d’une valeur inestimable.


Les érudits locaux découvrent et étudient alors successivement la statue de bronze doré (1823) actuellement présentée au musée du Louvre, les thermes de la rue des bains (1927) où était la statue féminine acéphale, le mobilier de la tombe d’un riche jeune homme, dit Marcus, en 1864, la grande mosaïque de la chasse au cerf (1870) ainsi que plusieurs habitations de notables locaux.
Le musée
Le musée

Ce patrimoine est à ce jour peu connu du public et revêt un fort potentiel d’attractivité pour le territoire Caux vallée de Seine. C’est dans ce cadre que Caux Seine agglo, en partenariat avec le Département de Seine-Maritime (propriétaire du théâtre antique) et la ville de Lillebonne, a lancé une étude de valorisation de ce patrimoine archéologique gallo-romain.
La stratégie de valorisation de ce patrimoine se différencie des autres projets menés tant à l’échelle régionale que nationale. Le projet dépasse la notion de site archéologique : il vise à développer la compréhension d’un territoire organisé, exploité, avec des échanges commerciaux autour de l’axe Seine.

 A moyen-long terme, le projet Juliobona, la cité antique sur la Seine, a pour vocation de permettre au visiteur de regarder le monde romain depuis Lillebonne. Un voyage dans le temps, par-delà les mers, lui sera proposé par la création d’un belvédère sur la ville et la Seine pour comprendre le paysage et l’importance du fleuve, et un espace d’interprétation et d’archéologie pour vivre le voyage de contrées lointaines jusqu’à Juliobona depuis une embarcation sur la Seine.

Le projet scientifique et culturel est au cœur de ce programme de valorisation. Les toutes premières étapes de sa construction sont en cours dans le cadre d’un partenariat large réunissant le département de Seine-Maritime, les musées archéologiques normands, le musée du Louvre, les universités de Rouen et de Nantes. Un projet qui devrait s'étaler sur 15 ou 20 ans peut-être.

Georges Levet

INFOS SUR LE MUSEE :
Juliobona, musée gallo-romain de Lillebonne
Place Félix Faure
76170 Lillebonne
Téléphone: 02 32 84 02 07
E-mail : musee.lillebonne@cauxseine.fr